SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

10 JUIN : LES PSYCHOLOGUES EN ACTION

vendredi 4 juin 2021 par Sud Santé Sociaux 35

Le syndicat SUD Santé Sociaux 35, comme partout en France, appelle à la mobilisation pour défendre l’exercice professionnel des psychologues

Un préavis de grève est déposé pour ce jeudi 10 juin 2021

 	Non à la précarisation de la relation thérapeutique :

La relation thérapeutique est mise en danger par la sous-traitance en libéral qui morcelle la prise en charge pluridisciplinaire tout en paupérisant les psychologues libéraux et par la précarisation même des psychologues en structure : peu nombreux, temps partiels, souvent contractuels, sans FIR ( Formation Initiale Recherche), exclus du Ségur et valorisation salariale en dessous de leur qualification et de leur responsabilité.

 	Non à la paramédicalisation de la pratique du psychologue : un accès direct au psychologue pour tou·te·s remboursé sans prescription médicale !

La formation des psychologues doit être reconnue comme une spécialisation dans l’étude du psychisme en Sciences Humaines qui ne se confondent pas aux Sciences médicales ou de l’organique. Les psychologues disposent de connaissances et compétences pour évaluer avec l’expertise spécifique de leur profession, les besoins en soin psychique des patients. L’officialisation d’un code de déontologie promulguant une responsabilité des psychologues à se former continuellement doit être la garantie de cette expertise.

 Non aux décrets et proposition de loi réactionnaires :

Sans concertation avec les organismes, associations des premier·es intéressé·es, ces propositions et décrets sont établis dans une visée rétrograde des métiers de la psychologie, servent une logique anti-démocratique, et ultralibérale de l’offre de soins psychologique et démontre une méconnaissance de ce qui sous-tend la relation thérapeutique.

 Non aux injonctions des instances de santé concernant la pratique des psychologues :

Celles qui exigent des typologies méthodologiques et des thérapeutiques de soins désignées à leurs yeux comme « consensuelles », au détriment d’une liberté de choix du public concerné. Elles excluent, de façon arbitraire et par méconnaissance, des enseignements et pratiques acquis à l’Université et qui n’ont plus à démontrer leurs/bons résultats.

Le décret 91-129 du 31 janvier 91 sur le psychologue FPH : « Les psychologuesconçoivent les méthodes et mettent en œuvre les moyens et techniques correspondant à la qualification issue de la formation /qu’ils ont reçue… Ils entreprennent, suscitent ou participent à tous travaux, recherches ou formations que nécessitent l’élaboration, la réalisation et l’évaluation de leur action. »

 Non à la paupérisation des formations initiale et continue (FIR) des psychologues

Cela attaque le rôle fondamental de l’Université et met fin à l’ouverture théorique, conceptuelle et professionnelle des psychologues alors même que le champ d’étude de la psychologie s’est construit avec tous rles principes méthodologiques et éthiques en Sciences Humaines dans un souci de mise en perspective et de confrontation clinique. Pour soutenir le travail thérapeutique qu’il met en œuvre, le psychologue doit maintenir et actualiser son niveau d’enseignement toute sa carrière professionnelle.

La Formation Information Recherche est une fonction pivot et souterraine de son travail d’analyse clinique et institutionnelle. Le FIR, 1/3 du temps, est essentiel pour tout psychologue quel que soit son statut.

 Non au « triage » des troubles psychiques dans l'accès à l'offre psychologique :

Toutes et tous sommes en droit d’accéder de manière libre à des soins psychologiques. Pour cela, la nécessité de premier ordre, c’est la mise en place de moyens humains constitutifs à un accès aux soins psychiques de l’hôpital public plus rapide, plus libre, plus ouvert. Et non pas à une optimisation de l’offre de soins publique se basant sur une réorientation automatique vers le privatif (par exemple pour les troubles dits légers). Bien que fondamentale, la pratique libérale semble utilisée dans ces réformes et propositions, dans le but de nourrir toujours plus la logique gestionnaire en cours depuis des décennies dans le public, et qui élimine au fur et à mesure un financement et une organisation digne et accessible à toutes et tous des services publiques.

 Non à la constitution d'un ordre des psychologues et Oui à la création et à la reconnaissance juridique d'un code de déontologie :

Non à la mise en place et au maintien sous tutelle d’une instance ordinale qui ne ferait que museler la responsabilité et l’autonomie des psychologues. Il existe par ailleurs nombres d’entités professionnelles (associations, etc.), et de syndicats qui représentent les psychologues, et qui n’ont aucune représentativité dans ces propositions de lois corporatistes. La proposition de l’existence d’une commission déontologique paraît plus pertinente.

 Toutes et tous mobilisé.e.s le 10 juin pour obtenir satisfaction de nos revendications !

JEUDI 10 JUIN 2021 13H30 : rassemblement devant L’ARS de RENNES

15h00 : AUDIENCE à l’ARS
Apportez banderoles, pancartes, slogans, chansons…
De quoi faire du bruit !

15H30 : Défilé

16H00 : Assemblée Générale Esplanade Charles de GAULLE
pour définir ensemble la suite !


Documents joints

tract section Saint Malo

4 juin 2021
info document : PDF
836.7 ko

Préavis de grève national

4 juin 2021
info document : PDF
836.7 ko

Tract départemental

4 juin 2021
info document : PDF
609.8 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 751150

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sud Santé Sociaux 35  Suivre la vie du site Dernières nouvelles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI