SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

9 MARS, POUR UNE ILLE-ET-VILAINE EN GREVE !! NON AU DYNAMITAGE DU CODE DU TRAVAIL !! LA LUTTE, C’EST MAINTENANT !

mercredi 2 mars 2016 par Sud Santé Sociaux 35

Ce qui se passe aujourd’hui est une contre révolution dans l’histoire du Code du Travail. Après la catastrophe minière de Courrière, qui a fait 1099 morts en 1906, le ministère du Travail fut créé, pour protéger le salarié et faire en sorte que le droit du travail cesse d’être dominé par les exigences de l’économie. En 2016, sous prétexte de modernité, le gouvernement fait aujourd’hui le contraire en déclarant qu’il veut « adapter le droit du travail aux entreprises ».

Le projet de loi El Khomri-Macron n’est pas une simple réécriture du code du travail mais bien sa destruction, en réduisant de manière radicale les protections que sont en droit d’avoir les travailleurs dans notre pays de progrès social.

Le bon fonctionnement de l’entreprise serait placé AU DESSUS des droits fondamentaux humains :

« Les libertés et droits fondamentaux sont garantis SAUF SI des limitations sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux OU PAR LES NECESSITES DU BON FONCTIONNEMENT DE L’ENTREPRISE ».

La réécriture du code du travail voudrait donner la primeur aux accords d’entreprise.
C’est une révolution dans l’histoire sociale française, défendue depuis toujours par le patronat. La réalité c’est qu’avec un taux de chômage aussi élevé, le rapport de forces est déséquilibré. Des conditions minimales seront décidées au niveau local alors que le salarié n’est pas en position de se défendre.

Déverrouiller les 35 heures :

La majoration des heures supplémentaires payées 25% de plus qu’une heure normale aujourd’hui (sauf exception) pourraient n’être majorée que de 10% maximum à l’avenir, si un accord d’entreprise en décide ainsi. Les entreprises pourront également par accord moduler le temps de travail sur une durée supérieure à une année.

Désarmer la justice prud’homale :

Le plafonnement des indemnités prud’homales présentes dans la Loi Macron, a été cassé en août par le Conseil Constitutionnel. L’idée devrait resurgir, peut-être même avant la loi El Khomri sous forme de décret.

La philosophie de ce texte est simple : Faire travailler plus ceux qui ont déjà un travail, au détriment de ceux qui n’en ont pas et développer, comme en Angleterre ou aux Etats-Unis, les jobs sans qualifications et corvéables à merci.

La conséquence de tout cela ? Une augmentation mécanique du nombre de demandeurs d’emplois.

L’ennemi n’est plus la finance mais le « travailleur », les syndicats, les 35 heures et le code du travail. Cette contre reforme, écrite sous le contrôle de Pierre Gattaz représentant du plus grand syndicat patronal français, permet aux entreprises d’en finir avec les protections les plus élémentaires et renforce la précarisation des salariés. Ce qui se profile n’est rien moins qu’un changement de société où l’état laisse tout le pouvoir aux entreprises tandis qu’il se concentre sur les seules fonctions régaliennes : le maintien de l’ordre, la sécurité et le contrôle social. Une société de soupçon et de la contrainte, où nous n’aurions plus qu’un droit, celui de nous taire. On en revient aux sombres débuts de la révolution industrielle, mais dans le cadre du nouvel ordre numérique.

Le code du travail n’est pas l’outil des gouvernements, c’est notre guide du droit pour que nous puissions tous et toutes travailler dans la dignité. C’est bien sur l’aboutissement de longues luttes, parfois dramatiques, de nos ainés et de nous-même pour en faire évoluer son contenu. Le progrès social est le résultat d’un rapport de force gagné par les citoyens, il nous appartient de le démontrer plus que jamais. Nous sommes l’exemple de la modernité sociale pour bon nombre de pays.
Le texte doit être voté au début de l’été.
Le report de sa présentation en conseil des ministres est une première victoire !
Nous devons continuer sur cette dynamique jusqu’au retrait total du texte !

Le monde du travail, des chômeurs et des jeunes doit s’unifier sans tarder pour exiger le retrait total de ce projet inégalitaire qui prend la forme d’une sidérante régression vers les années d’avant les conquêtes sociales du Front Populaire.

Signez la pétition et RDV sur http://loitravail.lol

LES FONCTIONNAIRES, ONT AUSSI AU MOINS 3 BONNES RAISONS DE FAIRE GREVE CE 9 MARS !!!

1. L’attaque contre les salariés est massive, nous devons réagir par solidarité

2. Nous avons tous des conjoint(e)s, des enfants, de la famille, des amis, salariés du privé. Quelle société voulons-nous pour nos enfants ?

3. Le droit du travail de la fonction publique finit toujours par suivre celui du privé. Tous ces reculs (repos/astreintes, repos quotidien fractionné, normalisation des 12h00, semaine de 60 h00), demain, nous seront appliqués, au nom des politiques d’austérité.

SUD Santé-Sociaux et l’union Syndicale SOLIDAIRES appellent à se mobiliser et à agir avec les salarié-es, les jeunes et les chômeurs-ses contre une loi de régression sociale profonde.

Un préavis de grève national a été déposé par notre fédération.

RASSEMBLEMENT MERCREDI 9 MARS 2016 12H, PLACE DU PARLEMENT à RENNES 11h, MEDIATHEQUE DE LA GRANDE PASSERELLE A ST MALO 17H PLACE DE BRETAGNE A REDON

Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 510138

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sud Santé Sociaux 35  Suivre la vie du site Tracts   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI