SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

La psychiatrie publique en péril

jeudi 21 février 2008 par Sud CHGR Rennes

Depuis plus d’un an les conditions et les possibilités d’accueil des patients au CHGR sont de plus en plus difficiles.

Mais en ce début d’année 2008, nous avons atteint les limites du supportable.
Quelques exemples parmi des dizaines d’autres :

- Service Magnan, dimanche 27 janvier : 30 patients pour 25 lits.
- Week-end des 19 et 20 janvier : les cadres de garde demandent aux soignants des unités de téléphoner aux patients en permission de retarder leur retour.
- Deuxième semaine de janvier à De Clérambault : 28 entrées, 28 sorties !
- Admissions retardées ou même refusées faute de place : une patiente admise aux urgences pour laquelle une hospitalisation avait été jugée nécessaire a dû rentrer chez elle, faute de place. Des patients devant être hospitalisés restent de nombreuses heures sur des brancards en attendant qu’une place hypothétique se libère au CHGR.
- Des chambres seules de plus en plus souvent occupées par un second lit monté dans l’urgence au mépris des conditions de sécurité et du bien-être des patients.
- Valse des patients en chambre d’isolement sans tenir compte des prescriptions médicales.
- Hospitalisations de patients vers d’autres établissements de la région, faute de place au CHGR
- Un lit installé dans une salle de bain…

Depuis plus d’un an les représentants des familles au Conseil d’Administration du CHGR se plaignent des conditions dans lesquelles leurs malades sont hospitalisés sans que cela soit le moins du monde pris en considération.
Il ne sert à rien de chercher des responsabilités ou des explications en critiquant certains services qui ne « joueraient pas le jeu » ou en désignant une certaine catégorie de malades comme bouc émissaires.

Le problème est structurel

Comment en est t’on arrivé là ?

Des budgets restreints et insuffisants qui ont conduit à la fermeture de service (Esquirol) tout en gardant les patients.
Une mauvaise anticipation (volontaire ?) des autorités de tutelle de l’augmentation très importante de la population dans le secteur concerné par le CHGR.
Des fermetures déjà effectives de lits dans différents services en prévision de la création du 9e secteur qui doit se faire sans augmenter la capacité d’accueil : en 2007 la capacité en lits de psychiatrie générale était fixée à 712 lits. En 2008 cette capacité est de 682 lits !

Il nous parait primordial de rappeler les objectifs et les missions du CHGR : le soin et l’accompagnement des patients.

- Le personnel hospitalier veut soigner correctement, considérant que le patient c’est autre chose qu’une admission et une sortie. Les malades sont des personnes qui ont besoin qu’on leur accorde du temps, de l’attention, de l’écoute et un suivi.
- Nous revendiquons l’ouverture du 9e secteur avec 80 lits nouveaux, et le gel des suppressions de lits pour 2008

L’autorité de tutelle, chargée de veiller à l’organisation des soins ne peut laisser perdurer une telle situation dégradée. Ce serait manquer à ses missions.


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 509279

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Fonction Publique Hospitalière  Suivre la vie du site Sud CHGR Rennes  Suivre la vie du site Tracts   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI