SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

Négociations au Ministère pour la formation et la Recherche Sages-Femmes : Compte-Rendu SUD

vendredi 13 décembre 2013 par Sud Santé Sociaux 35

1. La recherche
2. La formation initiale
3. La formation continue

1) La recherche :

La recherche est désormais possible pour les sages-femmes depuis 2011 avec l’universitarisation des études mais relève du parcours du combattant.

a. accord tacite de la nécessité de répertorier les sages-femmes qui font de la recherche : le conseil de l’ordre est incapable de fournir le moindre chiffre, sans doute une trentaine en France dans des domaines divers (anthropologie, psychologie, sociologie, épidémiologie, santé publique)

b. accord tacite de la nécessité de faciliter l’accès à la recherche, à promouvoir la recherche : par l’information, la sensibilisation dans la formation initiale, stage dans des laboratoires de recherche.

c. Nécessité pour les organisations professionnelles d’intégrer les écoles de sages-femmes dans les UFR, pôle santé des Universités (comme c’est le cas à Marseille)

Question SUD à se poser : est-ce que le financement de ces unités sera pérennisé par les régions ? En particulier pour les investissements ?

d. Nécessité de la possibilité de s’inscrire en Master 1 d’études biomédicales pour accéder au Master 2 de santé et de sciences : pas d’opposition autour de la table. En effet depuis, le passage en première année de médecine, les niveaux entre étudiant se rapprochent :

e. Demande et discussion des moyens de faciliter l’accès aux sages-femmes à la recherche, nécessité de trouver des débouchés pour les doctorants,

f. Les sages-femmes enseignantes pourraient-elles devenir des enseignantes universitaires ?

Question SUD à se poser : meilleur que le statut PH, le statut enseignants d’universités (assistant, maitre de conférences…) pour que l’enseignante puisse avoir des décharges pour la recherche.

2) La formation initiale :

Actuellement en profonde mutation la formation initiale est faite de 5 années d’études

a. Depuis 2003 : la sélection des futurs étudiants sages-femmes se fait grâce à un classement au rang utile de la Première Année Commune aux Études de Santé (PACES), année commune aux étudiants en médecine, maïeutique (sages-femmes), odontologie (dentaires) et pharmacie.

b. Depuis 2010, La deuxième année universitaire (L2) s’effectue dans une faculté de médecine jusqu’au master (M2).
Les études sont reconnues grade master avec la mise en place de la L1 Santé (Licence 1) (concours commun des professions médicales : sage-femme, médecine, dentaire et pharmacie).

c. Depuis 2009 et la loi HPST, les études de sages-femmes sont organisées dans 35 écoles agréées rattachées à un centre hospitalier ou à une université : cette possibilité est subordonnée à l’autorisation du conseil régional. Ainsi une convention est conclue entre la région (qui finance) et l’université qui accueille les étudiants.
Différence de formations selon que les écoles de sages femmes sont intégrées à l’UFR (unité de Formation et de Recherche) des universités avec un département autonome maïeutique, ou qu’elles sont encore dans l’hôpital et dépendent d’un directeur technique médecin.
Demande des enseignantes de plus d’autonomie dans un UFR pôle santé avec un département autonome maïeutique. Demande d’un statut universitaire pour les enseignantes.

Difficulté pour l’intégration des écoles de sages-femmes dans l’université :

• La gouvernance : se fait entre l’Etat, les universités, la région qui financent. Un pro logiciel SOLSTICE devrait permettre la comptabilité analytique pour permettre la transparence sur la réorganisation des écoles de sages-femmes.

• Problème du volet patrimonial : les investissements pour la construction des écoles au sein du CHU, dans les universités… transfert des écoles vers les universités : concentration des écoles, avec disparitions d’écoles,

• discussion autour de la « masse critique » : nombre d’élèves par écoles pour maintenir des écoles et en faire disparaître d’autres.

Le transfert du financement des instituts de formations vers les régions a complexifié leur environnement par :

• le repositionnement des places de l’Etat et des organismes gestionnaires aux côtés des conseils régionaux ;

• Toute décision « pédagogique » de l’Etat voit son volet « financier » géré par les conseils régionaux ombre des éléments techniques fixés réglementairement par l’Etat impactent directement les budgets des conseils régionaux, tels que l’organisation des formations transférées (conditions d’accès, programmes, modalités d’études et d’évaluation des étudiants, délivrance des diplômes) et les effectifs (« quotas »).

D’un autre côté, la décentralisation a favorisé :

• la clarification des éléments budgétaires concernant les instituts gérés par des établissements hospitaliers avec la réapparition d’un budget annexe (budget C) et le développement d’une comptabilité analytique ;

• le transfert n’est pas neutre : certains gagnent, d’autres perdent.

Question SUD : cette mutation sans caractère national peut avoir à terme des effets délétères d’écoles plus ou moins financées, plus ou moins universitaires avec des diplômes régionaux…inégalitaires. L’aspect patrimonial : quels investissements dans le futur ?

Pour les étudiants,

• pour les étudiants : une situation inéquitable et discriminatoire selon les régions et entre étudiants sages-femmes (les étudiants sanitaires et sociales sont dans ce cas) qui n’ont pas accès au Crous et dont les attributions de bourse sont sur des critères moins favorables que les autres étudiants et le montant de la bourse inférieure et variable selon la région : nécessité de mettre tout le monde sur le statut étudiant avec l’accès au CROUS et au fond d’urgence du CROUS, sauf pour deux régions Basse Normandie et Bourgogne

3) la formation continue.

Formation universitaire, Développement Professionnel Continu (DPC), avec l’organisme de gestion du développement professionnel continue (OGDPC), Budget géré selon les hôpitaux par les ressources humaines ou par la commission médicale d’établissement : disparité, peu de visibilité de la formation continue des sages-femmes, DPC sans les moyens financiers nécessaires avec l’évaluation qui va avec, 70€/an par sage-femme a été avancé, vrai ?

L’augmentation du nombre de sages femmes libérales doit être corrélée à une augmentation de la formation continue pour elles car elles deviennent des acteurs de santé publique.

Question SUD : on ne peut parler de formation continue qu’à condition de financement à la hauteur des besoins. Attention au critère d’évaluation, d’évaluation des pratiques professionnelles dans un contexte d’individualisation des salaires et de difficultés d’accès à la formation continue.

Pour la prochaine fois, le Pr Matillon a demandé

- un état des lieux précis des sages-femmes ayant un cursus en cours ou terminé de chercheur

- examen des télescopages entre le schéma de santé régional et le schéma universitaire, quel cadrage, nécessité de cadre réglementaire à créer

- définition des besoins ( ???)

Prochaine réunion le mardi 28 janvier 2013 à 10H

Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 509473

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Fonction Publique Hospitalière  Suivre la vie du site Dernières nouvelles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI