SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

Vacances d’été : les avons-nous « bien méritées » ???

mardi 5 juillet 2011 par Sud CHU Rennes
Vacances d’été : les avons-nous « bien méritées » ??????

A l’approche de l’été, ce refrain est répété à l’envi. Alors bien sûr, on les a méritées en subissant tout au long de l’année le manque de personnel, le manque de repos, un salaire au rabais, le mépris des donneurs d’ordres. Et ça, des ordres et des vociférateurs d’ordres, on n’en manque pas. C’est la chose la mieux partagée dans nos établissements.

Mais au fait, les vacances sommes-nous obligés de les... mériter ?

Petit rappel, les congés payés, ce sont les batailles syndicales de nos ainés qui ont permis de les arracher au patronat dans le privé comme dans le secteur public.

Rappelons-nous nos ainés parlant du front populaire, de leurs premières vacances, des virées en vélo à la mer, à la montagne ou plus simplement au bord de la rivière la plus proche.

Et rappelons-nous des jérémiades du patronat qui criait à la faillite devant tous ces « privilèges » exorbitants cédés aux ouvriers et salariés de l’époque. Toujours le même discours rétrograde.

Rappelons-nous aussi de l’accommodement, quatre ans plus tard, d’une grande partie de la bourgeoisie française qui a lamentablement préféré Hitler au front populaire.

Rappelons-nous que les quarante heures de 1936 ont fait leur apparition dans les hôpitaux en... 1968 et qu’il aura fallu attendre 1978 et la grève historique de l’hôpital d’Orléans, à la pointe de ce mouvement, pour que Simone Veil nous reverse, avec la prime des 13 heures, la perte de salaire provoquée par le passage de 45 à 40 heures.
De vieilles histoires ? Malheureusement non. Ils sont toujours là, toujours aussi malfaisants et méprisants dans leur discours et dans leurs actes. La haine des salariés et des pauvres est toujours le moteur de leur pensée et la soif d’exploiter est encore plus inextinguible qu’il y a 70 ans.
Alors ils nous disent que c’est difficile pour organiser les établissements pendant l’été, qu’on leur complique drôlement la vie, qu’on leur coûte cher, et que pour les remplacements ils aimeraient bien, mais qu’ils ne peuvent pas. Le Directeur Général vient d’ailleurs de nous annoncer par courrier personnel qu’il allait fermer des lits supplémentaires cet été parce qu’ils ne « peuvent pas »…

OBJECTIF : NOUS CULPABILISER DE PRENDRE NOS VACANCES, de vivre notre vie, de voir nos familles, nos enfants…

Mais aucun complexe, aucune gène. Les vacances ils nous les doivent car c’est un droit. Pas besoin de courber l’échine, de ravaler notre dignité pour en bénéficier. Un droit !

Et les textes (décret 2002-8 du 4 janvier 2002) disent que l’été c’est :

  • au moins trois semaines de vacances consécutives
  • 31 jours maximum
  • Le week end de début ou de fin inclus

Et pas besoin de rendre des dimanches ou de prendre ces trois semaines en petits morceaux au gré de leurs lubies.

Alors, sans culpabilité, nos congés, posons-les, profitons-en, et revenons en forme pour une année de lutte !


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 509473

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Fonction Publique Hospitalière  Suivre la vie du site Sud CHU Rennes  Suivre la vie du site Expressions Sud CHU   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI