SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

LA SANTE ET LE MEDICO SOCIAL AU FRONT DANS LE 35 (communiqué de presse)

mercredi 25 mars 2020 par Sud Santé Sociaux 35

En Ille-et-Vilaine, les établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux se réorganisent pour se préparer au pic épidémique, selon les modalités prévues dans les différents plans blancs.

« Nous sommes en guerre » a déclaré le Président de la République… Ces propos prennent tout leur sens au vu de la situation actuelle. Les professionnel-le-s du secteur médico-social et de la santé ont le sentiment d’être sacrifié-e-s, comme des soldat-e-s de première ligne, envoyé-e-s sans aucun moyen de défense. Les applaudissements à 20h00 ne suffisent pas à alléger cette angoisse.

En effet, en matière de prévention et de protection des salariés, la plupart des directions sont totalement prises de court. Partout en Ille-et-Vilaine, les représentant-e-s du personnel jouent leur rôle, et demandent des CHS-CT ou CSE exceptionnels, ils déclarent des dangers grave et imminent pour nommer les dysfonctionnements et tenter de soutenir les salarié-e-s qui affrontent des situations personnelles et professionnelles d’extrême tension. Mais trop souvent les directions traînent ou refusent de réunir ces instances primordiales, sans doute pour ne pas être confrontés au manque de réponses satisfaisantes à apporter. Les salarié-e-s sont privé-e-s d’espaces d’échange et sont relégué-e-s au rôle d’exécutant.

La question des masques est clairement au cœur des inquiétudes des professionnel-le-s de santé, qui partout sont désemparé-e-s et fortement inquiete-es, pour elles/eux et leurs familles, de ne pas pouvoir se protéger dans l’exercice de leur fonction. Les éléments de langage : « il n’y a pas de recommandations nationales au port systématique du masque… », martelés sous toutes les formes, visent à dissimuler le scandale qui se révèle au grand public aujourd’hui : il y a une pénurie d’équipement de protection, alors on rationne, on garde les stocks pour le plus gros de la tempête… Pour le moment, aucun signe des millions de masques que le gouvernement a commandé. Pas de délais annoncés. Quelques distributions au compte-goutte mais qui obligent toujours au rationnement.

Dans les EHPAD, privés de visites extérieures depuis 2 semaines, il n’y a pas assez de personnel pour appliquer strictement le confinement qui exigerait de protéger chaque résident dans sa chambre. Cette nécessité a été rappelée ce week-end par un appel national de médecins coordonnateurs d’EHPAD. Les directions se replient là encore derrière de fausses certitudes : « il n’y a pas de COVID dans notre établissement »… Forcément, si on ne teste pas… Et les soignants continuent à venir travailler et rentrer chez eux, quotidiennement. Si vous avez suffisamment de symptômes, vous êtes un cas suspect alors seulement vous aurez un masque… pour venir travailler.

Contrairement aux premières annonces, le lundi 23 mars, le ministre de la Santé s’est prononcé pour que les soignants atteints du coronavirus soient systématiquement et automatiquement” reconnus en maladie professionnelle… Cela aura pour effet de ne pas appliquer le jour de carence. Nous pourrions être satisfaits de cette avancée… mais cette décision résonne comme un aveu d’impuissance.
Ce que nous réclamons, ce sont des moyens de protection pour tout-e-s, des consignes claires, stables et cohérentes, et l’information et le débat réglementaire avec les représentant-e-s du personnel. Partir au front sans casque est dangereux.

En Ille-et-Vilaine comme partout dans le pays, les salarié-e-s du sanitaire et médico-social, mais aussi du social ne doivent pas être de la chair à canon.

Rennes, le 24 mars


titre documents joints

23 mars 2020
info document : PDF
887.8 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 682223

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sud Santé Sociaux 35  Suivre la vie du site Dernières nouvelles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI