SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

Le 12 septembre, tous dans la rue à Rennes contre la casse du Code du Travail

jeudi 7 septembre 2017 par Sud Santé Sociaux 35

Vous avez détesté l’épisode 1 de la Loi Travail, la saison 2 sera bien pire... Le projet présenté jeudi dernier par le gouvernement organise une régression sociale sans précédent. C’est plus de cent ans de conquis sociaux, de luttes ouvrières qui sont gommés, sans états d’âme, par ce gouvernement.

CODE DU TRAVAIL : NON A LA MORT SUR ORDONNANCES !

A vous de juger :

Un permis de licencier pour les patrons : Se débarrasser illégalement d’un-e salarié-e ayant deux ans d’ancienneté sur sa boîte coûtera, au maximum, après passage aux prud’hommes, trois mois de salaire (20 mois maximum pour 30 années dans la même boîte), de quoi déclencher des licenciements à la pelle... D’autant plus que les juges seront dans l’obligation de respecter ces barèmes. Pire, une entreprise qui fait des bénéfices à l’international pourra licencier en France avec encore plus de facilité, le périmètre de constatation des difficultés économiques rencontrées se limitera au territoire national.

Une explosion de la précarité :

Les branches professionnelles pourront s’affranchir des règles posées par le code du travail sur les CDD (pas plus de 18 mois et deux renouvellements). Bienvenu dans le merveilleux monde des hostos et du droit public où les CDD peuvent se cumuler pendant des années ... Autre régression annoncée avec la généralisation du CDI de chantier : un contrat à mission déterminée donc un faux CDI précaire et sans la prime qui l’accompagne...

La santé des salarié-es en danger : La loi El Khomri avait déjà affaibli la médecine du travail (plus de visite d’embauche, diminution des missions des médecins). Le gouvernement Macron règle son compte au CHSCT, il a vocation à disparaître ou au mieux à se transformer en une vague commission aux contours plus que flous...

Aggravation de l’inversion de la hiérarchie des normes : des éléments importants de la rémunération se négocieront au niveau de l’entreprise : prime d’ancienneté, 13e mois... Les patrons, de moins de 50 salaié-es, pourront choisir des salarié-es pour négocier dans les petites boîtes sans mandatement syndical mais avec beaucoup de pression !!!

Ces régressions sociales concernent tous les salarié-es, car si ce projet passe, le gouvernement continuera son entreprise de démolition sociale : la sécu, nos retraites, nos services publics, le statut, les salaires et les emplois des fonctionnaires, seront vite en danger...

NOUS DEVONS NOUS BATTRE POUR NOS ENFANTS, POUR LES GENERATIONS FUTURES... MAIS AUSSI POUR LES DROITS QUE NOS ANCIENS ONT SI CHÈREMENT ACQUIS...

Chacun d’entre nous, syndiqué-e non syndiqué-e, doit prendre ses responsabilités...

La lutte sera dure, mais elle est plus que jamais nécessaire.

Le 12 SEPTEMBRE,
nous serons dans la rue

- A RENNES RASSEMBLEMENT A 11H, ESPLANADE CHARLES DE GAULLE
- A REDON, A 17H, DEVANT LA SOUS PREFECTURE

A L’APPEL DE l’INTERSYNDICALE SUD-SOLIDAIRES, CGT, FO, FS


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 509279

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sud Santé Sociaux 35  Suivre la vie du site Dernières nouvelles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI