SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

Loi El Khomri, 2 juin : forte mobilisation à Rennes contre la loi Travail et brutale répression policière

vendredi 3 juin 2016 par Sud Santé Sociaux 35

Aujourd’hui à Rennes, ce sont deux manifestations qui ont convergé vers les abords de la Préfecture, bloqués par un cordon policier serrés.

Une première manif de plusieurs milliers de personnes, composée du cortège SOLIDAIRES et de l’AG interpro, est partie de l’esplanade Charles de Gaulle, pour remonter les quais, la rue de Saint-Malo et le Boulevard d’Armorique.

La seconde manif, essentiellement CGT et FO, a remonté le bd d’Armorique en provenance d’Atalante où ils avaient mené des barrages filtrants.

Après leur jonction à la préfecture, où l’AG interpro a mené une opération de dénonciation des violences policières, la manifestation est repartie en direction de VIllejean, cherchant à rejoindre la rocade pour une opération de blocage économique.

C’est au niveau de la bretelle d’accès de la Rue de Saint Brieuc que la police, dans un déferlement de violence, digne des heures les plus sombres du ministère Pasqua, a chargé les manifestants, à bord de leurs véhicules ! ouvrant les vitres, sans aucune sommation, ils ont brutalement matraqué et gazé les manifestants circulant sur la bande d’arrêt d’urgence. Une manifestante a été renversée par un des véhicules, un autre a été sérieusement blessé à l’œil, avant d’être évacué par les médics.

Seule l’arrivée des pompiers pour évacuer les blessés vers les urgences a arrêté cet épisode de violence insupportable. Au total, 6 blessés parmi les manifestants.

La presse a été témoin de tout cela, plusieurs journalistes ont été frappés et/ou molesté, comme visible sur ce lien de France 3 bretagne.

Par la suite, alors que le reste du cortège cherchait à évacuer les lieux, tranquillement, pour dispersion, une voiture de la BAC l’a suivi pour mener une tentative d’intimidation insupportable. Cagoulés dans leur voiture, ils ont sorti leurs armes pour les montrer par la fenêtre, avant de nous suivre telle une sinistre voiture balai. Plus loin, ils interpellaient des militants par leurs prénoms, faisant des signes de cœur avec la main, avant de nous suivre jusque à l’Université de Villejean et à l’entrée de Pontchaillou.

Il est évident que l’ordre politique donné par la Préfecture était d’empêcher à tout prix le blocage de la rocade. Et à tout prix signifiait la permission d’employer la force brutale, illégale, illégitime.

Rappelons que les policiers intervenant déjà mardi 31 mai n’arboraient pas leur matricule, c’était également le cas hier.

Nous condamnons avec force ces violences policières, qui sont d’autant plus brutales et irraisonnées qu’elles suppléent à une absence totale de légitimité politique. Mais nous serons encore dans la rue, demain, la semaine prochaine, autant qu’il le faudra, jusqu’au retrait de la loi El-Khomri !!


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 495486

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sud Santé Sociaux 35  Suivre la vie du site Dernières nouvelles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI