SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

CC66 : MAI, MOIS DU REVE, MOIS DES GREVES. JUIN : ON BLOQUE LES NEGOCIATIONS DE LA CC 66

vendredi 15 mai 2009 par Sud Santé Sociaux 35

L’heure est grave. Si Sud est invité dans toute la France dans les intersyndicales c’est bien que nous représentons un rapport de force indéniable ( déjà en 2005, 3 000 Sud avaient investi la commission paritaire et bloqué les négos pour plusieurs années ) car déjà à cette époque les propositions patronales n’étaient pas acceptables.
Depuis, le paysage politique a changé, il s’est radicalisé encore plus, entraînant de plus en plus de pertes des acquis sociaux pour les salariés.

Dans ce contexte, les employeurs de la CC 66 n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère. Dans leurs propositions paquet de Noël 2008, ils ont vidé la convention de tout son sens.

Tout de suite, les salariés en très grand nombre ont refusé ces propositions et ont fait savoir aux patrons que ce projet n’est ni amendable ni négociable.

Depuis 5 mois, les salariés se sont fédérés dans l’unité : soit dans des intersyndicales départementales soit dans des collectifs de salariés.
Depuis 5 mois, il y a des manifs, des grèves, et le projet patronal est toujours en place et les filières ont été actées par des syndicats, c’est déjà en soit une trahison pour les salariés.

pourquoi le projet patronal est toujours d’actualité ?

1) C’est qu’il rencontre toujours de l’écho au niveau des syndicats. En effet la CFDT aux dernières négos a fait des propositions allant dans le sens des patrons sans en faire part aux autres OS.

2) C’est que les salariés ne sont pas entendus. Pourtant les salariés mandatent les organisations syndicales pour qu’elles exigent le retrait du projet patronal.

3) tant qu’il restera des négociateurs autour de la table des négos, les employeurs se sentiront dépositaire d’une révision de la CC 66 car aujourd’hui, hormis les salariés qui sont dans la rue en collectifs, derrière Sud ou en intersyndicale, personne d’autre au niveau national dans les fédérations de syndicats représentatifs ne donne aux employeurs un signe contraire à leur volonté de révision.

Ors aujourd’hui, nous assistons à une guerre de communication ou de non communication de la part des syndicats nationaux. Les salariés ont besoin d’une lecture claire L’heure n’est plus à la manipulation ni à la langue de bois mais à l’heure de vérité devant les salariés.

Une paritaire devait avoir lieu le 19 Mai, les patrons l’ont supprimé.
Si en 2005, il avait suffit de 3 000 manifestants Sud et de collectifs de salariés à Paris et de plusieurs autres milliers dans les départements pour stopper dans leur folie les patrons, aujourd’hui, c’est de tous les salariés de la CC 66 et des salariés des autres conventions (CC 51, croix rouge, CLCC) que nous avons besoin. Car aujourd’hui c’est la CC 66, mais si nous n’obtenons pas satisfaction sur cette convention, demain, c’est toutes les conventions qui sautent (c’est ce qu’attendent les ARS pour baisser le coût du travail et rentabiliser le secteur Médico social pour le plus grand bonheur des actionnaires des groupes privés).

Nous venons de terminer notre congrès national et d’ors et déjà nous pouvons vous dire que la détermination de nos équipes est intacte. L’avenir de la CC 66 ne se fera pas sans les salariés ni sans les propositions de Sud Santé Sociaux.

Nous appelons donc les salariés de tous les départements à une montée nationale pour bloquer chaque commission paritaire. La prochaine étant prévue le 10 Juin.

Pour que les grèves soient un succès il faut que les établissements soient fermés durant toutes les journées de grève.

Mardi 19 Mai :

Grève et débrayages : rendez vous à 10 h devant l’IRTS à Rennes à l’appel de l’intersyndicale santé sociaux du 35. Stop à la révision de la CC 66 et aux propositions patronales. Débats sur la nécessité d’amplifier le mouvement et de trouver de nouvelles formes d’actions.

Mardi 26 Mai :

en continuité des mouvements du 29 Janvier et du 19 Mars, grève et manifestation interprofessionnelle à l’appel de toutes les organisations syndicales.
Rendez vous à 10 h devant l’ARH (gare de Rennes).

En continuité du mouvement entrepris à Plérin dans les Côtes d’Armor, l’après midi rendez vous devant le siège social de l’ADAPEI 35 ( rue kérotret Botmel ) à 15 h pour une assemblée générale des salariés de la CC 66 ( préparation de la montée national à Paris le 10 Juin ). La CFDT ayant maintenu le Comité d’Entreprise cette journée, les salariés de l’ADAPEI pourront rencontrer le Directeur Général de l’ADAPEI 35 sur le thème de la restructuration de l’ADAPEI et des incidences sur l’emploi et notamment des services généraux dans les Esat, les foyers et les IME.

10 Juin :

Montée nationale à Paris pour la Paritaire afin de bloquer les négociations scandaleuses sur la CC 66. (Départ de Rennes en train ou en car ou avec les véhicules des établissements prêtés par les Directeurs par solidarité...) Joindre les organisations syndicales celles ci vous donneront tous les éléments pour l’organisation de cette journée. Refus que les négociateurs soient protégés et escortés par les CRS comme précédemment.

13 Juin :

Assemblée Générale de l’ADAPEI 35 (opération surprise non définie à l’heure actuelle)

} Après, et bien après ? Après, ce sera trop tard. Du fait que les négociations se déroulent en lien avec l’article 3 de la convention collective, et bien la révision de la convention collective sera entérinée. Si les salariés ne démontrent pas leur volonté dans le rapport de force de refuser les propositions des patrons et de la CFDT et bien voici ce qui nous attend extrait du site Internet « touche pas à la CC 66 »
La CFDT est invitée à présenter son projet sur les classifications :

1) Création de 4 filières « pour ne pas recréer artificiellement les annexes » !!!

2) Proposition de mettre en place 6 niveaux de qualification liés à 7 positions d’emploi, dont un groupe sans aucune qualification.
3) Rémunération : proposition d’un premier coefficient à 10% au dessus du SMIC.

4) Déroulement de carrière : proposition de 30% sur 30 ans (2% par an pendant 10 ans puis 0,5% par an pendant 20 ans !!!!) L’ancienneté, aujourd’hui est de 30 à 78% selon les métiers

5) Individualisation des salaires : « prendre réellement en compte le parcours professionnel, avec des critères décidés nationalement ». Bienvenue aux critères classant !!!

6) Qualifications : entrée en force « éventuellement » des faux emplois : agent social, de médiation, d’insertion, d’accompagnement, de méthode, de fabrication, de planning, de bureau, chargé de médiation, d’accompagnement, de missions, accompagnateur de rue, chef de projet, etc.

7) Marchandisation : création d’emplois d’agent commercial et cadre technico-commercial.

Ça ressemble étrangement aux propositions patronales refusées par les milliers de salariés. Alors tous en grève pour faire reculer ces voyous de patrons.


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 486731

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Convention Collective 66  Suivre la vie du site Dernières nouvelles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI