SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

CHU : A Rennes comme en France, les urgences paient le prix de l’austérité (communiqué de presse)

vendredi 6 janvier 2017 par Sud Santé Sociaux 35

Nouveau droit d’alerte aux Urgences du CHU de Rennes

Rennes, le 05 janvier 2017

Depuis l’automne, les soignants des urgences du CHU de Rennes, ainsi que le syndicat SUD, alertent les pouvoirs publics sur la saturation constante de ce service, qui ne permet plus d’accueillir la population de manière satisfaisante. La Direction du CHU et l’Agence Régionale de Santé Bretagne ont temporisé autant qu’ils ont pu pour accorder des moyens supplémentaires permettant de désengorger les urgences. Cette semaine seulement, 22 lits de médecine ont été ouverts. Ces lits, qui auraient dû être ouverts dès octobre, sont déjà pleins, et les urgences toujours saturées, au CHU comme dans les hôpitaux et cliniques périphériques.

Hier, les urgences étaient au bord de l’explosion, à plus de 300% d’occupation, avec des malades au pronostic vital engagé dans les couloirs. Dans ces conditions de sécurité plus qu’insuffisantes, tant pour les patients que pour les salariés, les représentants CHS-CT SUD ont déposé un droit d’alerte pour danger grave et imminent auprès de la Direction Générale du CHU. Nous avons également alerté le Directeur Général de l’ARS Bretagne, par courrier officiel (voir plus bas).

La Direction et l’ARS ne proposent que des solutions insatisfaisantes. Nous revendiquons un renfort soignant conséquent et pérenne, ainsi qu’une réouverture immédiate des lits de médecine fermés au CHU et sur le bassin rennais, a contrario des restructurations constantes au nom des politiques d’austérité budgétaire. Toutes les mesures doivent être prises pour retrouver un service public de santé moderne et digne pour accueillir la population.

Le Syndicat SUD Santé Sociaux du CHU de Rennes

Annexe : Courrier adressé le 5 janvier 2017 au Directeur Général de l’ARS Bretagne


Monsieur le Directeur Général

Depuis cet automne, nous vous alertons sur les conditions extrêmement dégradées aux urgences adultes du CHU, avec épuisement physique et psychique des soignants, médicaux et paramédicaux. La situation se caractérise également par une perte de chance pour les patients. Nous vous transmettons donc le nouveau droit d’alerte que nos représentants CHSCT ont déposé dans la journée d’hier, qui témoigne d’une situation toujours critique aux urgences, comme chaque année.

Nous constatons que la Direction Générale du CHU communique activement sur les 22 lits d’UPAP qu’elle vient d’ouvrir. Si, dans l’urgence absolue, il fallait bien entendu ouvrir ces lits, nous notons plusieurs choses :

- Ils auraient dû ouvrir dès l’automne, avant même les premiers droits d’alerte. Chaque année, nous savons que les urgences sont dans la difficulté, et chaque année, les pouvoirs publics refusent d’anticiper, pour des raisons économiques.

-  Ces lits sont déjà pleins. Ils ne peuvent remplacer une véritable politique de renforcement de la filière d’aval des urgences, par une réouverture conséquente de lits de médecine au CHU mais également sur le bassin rennais. Dans l’attente de ces nouveaux moyens qui seuls permettraient de sécuriser à nouveau la prise en charge aux urgences de manière pérenne, nos collègues ont besoin de renforts en personnel soignant afin de ne plus être dans la maltraitance institutionnelle

-  La nouvelle organisation prévue à partir du lundi 8/12, ne fait qu’aggraver l’insécurité et la mise en danger des patients et des professionnels : l’ouverture d’un secteur de très courte durée, fonctionnant en ponctionnant les moyens soignants des autres modules, de même que l’existence de ce nouveau module d’une dizaine de places, sans moyens humains supplémentaires pour la surveillance et les besoins des patients, contribuent à augmenter la charge de travail individuelle et collective déjà critique des soignants.

Dans notre système de santé, l’ARS est le financeur, le donneur d’ordre. Il nous paraît donc évident que son Directeur Général soit tenu pour responsable des accidents ou drames qui pourraient s’être déjà produits et qui ne manqueront pas de se produire à nouveau. Nous continuerons à communiquer largement dans les médias sur ce sujet, y compris sur ce présent message. Nous nous réservons également la possibilité de saisir les autorités compétentes le cas échéant pour examiner différentes situations qui posent problème.

Veuillez agréer, monsieur le Directeur Général, l’expression de notre sincère considération

Le Syndicat SUD Santé Sociaux


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 510138

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Fonction Publique Hospitalière  Suivre la vie du site Sud CHU Rennes  Suivre la vie du site Expressions Sud CHU   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI