SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

CHU : Aux Urgences, pas de vacances !

vendredi 5 juillet 2019 par Sud Santé Sociaux 35

Ce mardi 2 juillet 2019, près de 3 000 personnes dans les rues de Paris ont manifesté de Bercy vers le Ministère des Solidarités et de la Santé. Pour l’essentiel, ces manifestantes et manifestants, venus des Services d’Accueil des Urgences (SAU) de toute la France, représentaient l’ensemble des collectifs régionaux « inter-urgences ». En grève depuis plus de 3 mois, ils sont venus une nouvelle fois pour revendiquer une revalorisation salariale, des embauches et des lits d’aval.

Les annonces de la Ministre de la santé au 14 juin 2019, n’ont pas trouvé échos chez les personnels hospitaliers. Le mouvement s’amplifie et, à ce jour, plus de 150 SAU sont en grève illimitée et continuent de revendiquer l’arrêt des fermetures de lit, la création de 10 000 postes d’agents titulaires et une revalorisation de 300 € net par mois.

SUD Santé Sociaux rappelle les assignations quasi-systématiques du personnel en cas de grève et se félicite, dans ce contexte difficile, d’une mobilisation conséquente à Paris comme en région. La ministre devrait prendre, plus au sérieux, ce mouvement qui s’amplifie sur l’ensemble du territoire français.

De retour de la manifestation nationale des urgences de Paris, les représentants du personnel SUD du CHU de Rennes, accompagnés d’une délégation du personnel des urgences, ont interpellé la Directrice Générale à l’occasion de la « célébration » par la Directrice Générale du CHU de Rennes, du départ en retraite du Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé de Bretagne.

Après les traditionnelles salutations et remerciements exprimés en cette circonstance, nous sommes intervenus pour rappeler à l’ARS et à la Direction nos revendications quant au versement de la prime IFR applicable au 1ER juillet, à la fermeture des 20 lits de l’UMP en pleine période estivale et l’attente d’un rendez-vous avec la Direction dans les plus brefs délais afin d’établir un plan d’améliorations des urgences.

La Directrice Générale encore une fois s’est obstinée à nier les difficultés du SAU et se contente de dire que les problèmes sont les mêmes dans tous les services d’accueil des urgences de France.

Elle a aussi prétendu à nouveau qu’il y avait 35 lits de créés alors que nous calculons une perte réelle de 19 lits pour la période estivale.

Par ailleurs, nous avons procédé à la lecture du courrier écrit par une patiente et envoyé à la Direction Générale suite à son passage début juillet aux urgences du CHU de Rennes, En voici, l’intégralité.

Nous remercions son auteur de nous l’avoir transmis et autorisé sa large diffusion.

Rennes le 01/07/2019

Madame,

Le week-end dernier j’ai été conduite par le SAMU aux urgences générales de votre hôpital. Le diagnostic posé en fin d’hospitalisation est une péricardite aigue. Je souhaite par ce courrier, vous faire part de mon expérience de plus de 24 h dans ce service. Mais en avant-propos, je précise que j’ai été sage-femme pendant 15 ans, que je suis aujourd’hui psychologue en libéral, après un exercice de 3 ans en unité mobile de soins palliatifs à domicile. C’est donc au-delà de mon appréhension personnelle et singulière, mais aussi à partir de cette double compétence, que je vous soumets cette observation.

J’arrive donc aux urgences avec une douleur écrasante au niveau de la poitrine et qui m’a empêchée de dormir. Je m’économise, je cherche ma respiration, douloureuse… je m’inquiète… et j’attends…J’attends les examens, biologiques, radiologiques. J’attends le médecin, l’infirmière, le brancardier. J’attends comme tous les autres patients… sur un brancard, dans un couloir, les box sont occupés, parmi d’autres patients, eux aussi sur leurs brancards. Ballet de chaises musicales incessant de ces brancards, qu’on déplace, qu’on range, qu’on sort ou remet dans un box le temps d’un examen clinique, d’un ECG ou pour présenter un bassin… Les soignants courent, littéralement parfois, pour répondre aux appels, pour prodiguer leurs soins. Ils sont débordés… 24 heures à les voir auprès des patients, souvent impatients, parfois colériques ou agressifs, voire violents. A mon arrivée, un infirmier vient de se faire frapper par un homme alcoolisé, que je trouve sanglé sur son brancard.

- Il y a ce vieil homme, qui par moment, entièrement dénudé, jusqu’à la couche qu’il ôte, qui ne cesse de quitter son brancard et que les soignants régulièrement doivent réinstaller car il se balade…

- Il y a cet autre monsieur, dont les râles, la toux chargée et les crachats comme je n’ai jamais entendus, me conduisent à la nausée… cela me porte au cœur, je cherche le haricot…

- Il y a près de moi, dans un box où je passe 1 h, cette femme, perfusée, qui se réveille et cherche à se lever au risque de se déperfuser. Je me lève, je la contiens, l’empêchant de se lever, je sonne… attente… elle ne parle pas, elle ne comprend pas, elle est en colère… une infirmière arrive, la prend en charge, je me rallonge.

- Et cet homme qui se balade, kleptomane qui vide les tiroirs des chariots de soins et qui finit par se faire prendre.

- Et il y a Jennifer, jeune patiente psychiatrique, qui HURLE dans son box « Y’a quelqu’un ? » inlassablement, « Y’a quelqu’un ? », qui met les nerfs à vif à moi, aux autres, aux soignants eux-mêmes, qui tentent de la calmer dès qu’ils en ont le temps.

- Et depuis le couloir j’entends aussi cette femme appeler depuis son box « S’il vous plaît, s’il vous plaît !... » cela dure… Les soignants sont tous occupés, je le vois bien… « S’il vous plaît ! » jusqu’à ce que l’un d’eux se libère et réponde à sa demande. Je comprends alors à leur échange, que cette femme n’a pu se retenir, elle a uriné sous elle... Pleurs... Humiliation...

Attente interminable, promiscuité, humiliation, maltraitance. C’est la cour des miracles et j’appuie mes mots. Une honte ! Mais voilà, Madame La Directrice, non pas maltraitance du fait du personnel soignant. Car malgré ces conditions de travail inadmissibles, j’ai côtoyé là le meilleur de l’humain. Ces femmes, ces hommes, ces soignants sont tout simplement ADMIRABLES ! J’ai vu un travail d’équipe extraordinaire. J’ai vu des professionnels compétents. J’ai vu ces personnes faisant preuve d’empathie, de compréhension, d’écoute, de bienveillance, d’humilité. Pas un qui ne s’agace un tant soit peu. Pas un !

Maltraitance de nous les patients, oui. Mais parce que maltraitance de votre personnel. Je la savais par les média bien sûr, et aussi par mon exercice professionnel de psychologue. Car je reçois régulièrement à mon cabinet, des soignants, de l’hôpital de Pontchaillou inclus, de diverses compétences, qui souffrent du burn-out, et qui n’en peuvent plus. Ces personnes mises à mal de ne pouvoir exercer et qui culpabilisent de ne plus pouvoir ! Quelle perversion ! Mais ce week end, je l’ai vécu de l’intérieur, j’ai entendu leur souffrance.

Et vous qu’en est-il ? Les entendez-vous ? Car à mon tour, je dois bien l’avouer, comme la jeune Jennifer j’aurais envie de hurler : « Y’a quelqu’un ? » … dans l’attente de votre réponse…

Veuillez agréer, Madame La Directrice, l’expression de mes salutations distinguées.

Après lecture de ce témoignage bouleversant, la Directrice Générale a cru bon d’en rajouter, comme à son habitude, et de déclarer : « Je reçois beaucoup de courrier comme celui-ci… malheureusement ! ». Dont acte, sans commentaires.

Nous avons également rappelé que dans nos différents métiers nous ne produisons pas de soins, mais nous prodiguons des soins.

Nous avons ensuite quitté les lieux vers 20h00, laissant les convives continuer leur soirée au milieu des petits fours et du champagne, devenu sans doute un peu tiède après notre passage.


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 622436

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Fonction Publique Hospitalière  Suivre la vie du site Sud CHU Rennes  Suivre la vie du site Expressions Sud CHU   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI