SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

CHU : LE TEMPS DE TRAVAIL, NERF DE LA GUERRE- COMPTE RENDU DU CTE DU 25 JUIN

vendredi 3 juillet 2020 par Sud Santé Sociaux 35

 CHARTE DE GESTION DU TEMPS DE TRAVAIL : LE BATON ET LE BATON

Pour la direction, c’est un changement « important ». Ce document va être communiqué aux cadres pour les « guider » dans la construction des cycles et plannings, et leur donner la marche à suivre pour gérer l’absentéisme. C’est effectivement une catastrophe pour nos droits.

Cette charte met fin à notre accord RTT : les cadres ont carte blanche pour planifier l’intégralité de nos RTT dans les cycles, 1 toutes les 4 semaines. C’est au passage le retour déguisé des pointages isolés, qui pourrissent les plannings.

Cette charte sanctionne les personnels à repos variable – principalement les soignants – par l’impossibilité de programmer des CA sur les vacances de Noël, un régime d’exception qui n’existe nulle part dans les textes.

Cette charte valide le fait de travailler 2 week-ends d’affilée, ce qui est strictement interdit par la réglementation.

Vos journées de temps partiel ne seraient plus garantis d’être posées à la semaine, y compris pour les temps partiels de droit.

Cette charte reconnait et valide les rappels à domicile : les cadres ont carte blanche pour vous appeler chez vous, et vous devriez accuser réception de cet appel ! C’est illégal, c’est une violation de notre vie privée.

Le vote a été unanimement CONTRE. SUD a fait voter un vœu, adopté à l’unanimité, pour demander le retrait total de ce document antisocial ou inacceptable.

Voilà comment on remercie les agents du CHU après la crise, en violant leur vie privée ! Nous vous tiendrons au courant des suites données à cette affaire, qui nous concerne toutes et tous au plus haut point, dans notre vie familiale et personnelle.

 BILAN SOCIAL : TRAVAILLER PLUS POUR PLUS DE PRECARITE

Comme d’habitude, la direction pointe l’augmentation de la masse salariale et des effectifs pour souligner qu’il n’y a pas eu d’économies sur le personnel au CHU. Mais il ne faut pas se laisser abuser, ces augmentations correspondent à de nouvelles activités, pérennes et financées ( le SMPRE a Saint Laurent…), et non à des renforts pour les services existants en effectifs insuffisants.

Nous avons dénoncé une augmentation des recours aux contrats précaires (+15%) malgré une hausse de l’activité (+1,7% des heures travaillées) et de nouvelles structures pérennes (SMPRE à St Laurent…). Plus d’un hospitalier sur cinq est un.e précaire. Urgence d’un plan massif de titularisation.

Seuls 11% (20 000) des 177000 heures supplémentaires ont été « monétisées », ce qui signifie qu’on risque d’en faire disparaître 167000 (+ de 100 ETP ) dans les oubliettes des CET à la fin de l’année.

Nous avons à nouveau alerté la direction sur le doublement des démissions, les nombreux départs en dispo ou refus de renouvellement des CDD qui en disent long sur les mauvaises conditions de travail.

Pour toutes ces raisons, SUD a voté CONTRE ce bilan social… antisocial.

 PLAN DE FORMATION : BILAN 2019

Notre plan de formation a été rebaptisé plan de « développement des compétences ». Or, cette nouvelle appellation concerne le secteur privé, non le secteur public, ce qui en dit long. Bref, on oublie le collectif de nos métiers, de nos diplômes, et on met l’accent sur les « compétences », qui sont individuelles et qui divisent. De là à penser que cela va faciliter le développement d’un salaire individualisé, à la tête… pardon, à la « compétence » du client… Nous avons demandé que tous les refus de formation soient formalisés, pour que chacun.e ait une traçabilité et puisse les faire valoir en cas de refus réitérés.

SUD a voté contre ce bilan, en raison des trop grandes difficultés d’accès de chacun.e aux formations et des très nombreux refus liés aux « nécessités de service ».

 CONTAMINES DU COVID : QUAND LES VRAIS CHIFFRES EXPLOSENT LA COMMUNICATION DU CHU

Dans la presse, la Direction du CHU, par la voix du président de la CME, vantait le chiffre de « seulement » 72 agents du CHU contaminés par le COVID, soit un pourcentage inférieur à l’estimation pour la population bretonne (2%). La Direction déclarait alors qu’il avait été moins dangereux de travailler au CHU que ailleurs, y compris en confinement !

Mais SUD a demandé un bilan d’étape au CTE sur le plan de dépistage sérologique en cours. La réalité est en fait bien différente. C’est un résultat transitoire, mais sur 5000 personnes dépistées, ce sont en fait 5% qui se seraient révélés positifs ! Il était donc … 2,5 fois plus risqué de travailler au CHU ! Comment s’en étonner : plus de 3 semaines sans masques, aucun équipement de protection aux guichets d’accueil.

Si vous vous découvrez contaminés, contactez-nous, vous avez des droits !!!

 AUTORISATIONS SPECIALES D'ABSENCE COVID

SUD a également insisté sur les dysfonctionnements dans le dispositif d’Autorisations Spéciales d’Absence pour personnes vulnérables, placées en confinement préventif (position AGIRH AAP-CO). De trop nombreux collègues n’ont pas été orienté.e.s par leur encadrement vers la Médecine du Travail, et se sont retrouvé.e.s sans autre solutions qu’un arrêt de maladie de droit commun.

 Nous avons fait régulariser certaines situations. Si vous êtes dans ce cas, avant ou après le 11 mai, contactez-nous.


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 699644

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Fonction Publique Hospitalière  Suivre la vie du site Sud CHU Rennes  Suivre la vie du site Expressions Sud CHU   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI