SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

Feuilles d’évènements indésirables : L’explosion au CHGR, symptôme d’un malaise grandissant !

vendredi 3 juin 2016 par Sud Santé Sociaux 35

Du 1er janvier au 31 mai, soit en cinq mois, pas moins de 400 feuilles d’événements indésirables ont été remplies par les agents. A titre de comparaison, en 2015, à SUD, nous avions traité 434 FEI. Une progression aussi spectaculaire qu’inquiétante, signe d’une dégradation alarmante des conditions de travail des salariés du CHGR. Difficile de croire que cette explosion serait due uniquement aux salariés, qui se seraient subitement emparés de cet outil pour exprimer leurs difficultés. Il faut plutôt y voir le résultat de décisions politiques visant à supprimer du personnel sans en mesurer les effets réels dans les services.

Les sous effectifs, première cause de l’utilisation des FEI

Cela ne surprendra personne malheureusement, mais la première cause de FEI sont les sous effectifs, de plus en plus récurrents depuis la suppression du pool d’établissement et les non remplacements d’arrêts. Pas moins de 158 feuilles sont concernées par cet item (40% de l’ensemble, 117 en 2015), dont au moins 19 rien que pour la nuit. Les incidences sur le personnel et la qualité de la prise en charge des patients sont multiples : fatigabilité, irritabilité, soins reportés, désorganisation du travail… Ne parlons pas des postes d’ASH non remplacés, qui occasionnent un surcroit de travail (deux services au lieu d’un), ou l’obligation de sélectionner les zones qui mériterons d’êtres nettoyées, quand on ne demande pas à un ASH de remplacer une aide-soignante… et que dire de la disponibilité des soignants pour l’encadrement des élèves ? Les incidences sont nombreuses, toujours en défaveur de la qualité des soins et du personnel.

Les violences, seconde cause…

Deuxième item : les violences à l’encontre des soignants. 117 feuilles, soit 29% (177 en 2015). Faut-il y voir une cause du sous effectif croissant des soignants et par voie de conséquence, d’une moindre disponibilité auprès des patients ? Sans vouloir faire de raccourci hâtif, la question mérite d’être soulevée. Toujours est-il que ce nombre important de situations de violences, verbales comme physiques, ne cesse de nous inquiéter et démontre, si besoin était, que cet hôpital subie des mutations profondes depuis quelques années, qui ne renforcent pas l’alliance thérapeutique entre les soignants et les patients.

Troisième cause : les défauts de prise en charge.

La direction a beau se targuer d’améliorer les conditions d’accueil des patients, la réalité nous montre un autre visage. La surpopulation est un thème sans cesse dénoncé dans les FEI (défaut de prise en charge) :
- que ce soit des patients qui refusent de partir en permission de peur de ne pas retrouver leur lit à leur retour,
- des « accueils chaise »,
- aux déménagements de patients pour accueillir une entrée,
- en passant par les lits de permissionnaires dont les lits sont occupés à leur retour,
- jusqu’aux CSI occupées par des patients, faute de lits normaux (avec tout le confort que l’on connaît !)
- ou aux locaux inadaptés à l’état clinique des patients, la liste est longue des problèmes relevés du fait de la surpopulation…
Dans certaines unités, les prises en charge se voient diminuées, non pas sur prescription médicales mais fautes d’effectifs suffisants (sans compter les délais de PEC, notamment en PEA).

La direction et l’ARS se doivent de prendre la mesure des problèmes soulevés par les feuilles d’événements indésirables ; en urgence ! L’urgence étant de redonner des moyens à l’hôpital, tant en terme humain qu’en capacité de lits. Ni l’ambulatoire (sans moyens concrets), ni l’équipe de cadres dédiés à la gestion des lits ne pourront palier à l’insuffisance de lits, si ce n’est en « poussant » les patients vers une sortie prématurée ou en obligeant les agents à toujours plus d’acrobaties organisationnelles…

Toujours est-il que les FEI témoignent d’une réalité parfois bien plus pertinente qu’un simple bilan social, amaigrit et expurgé de tous les indicateurs importants. A SUD, une partie du travail du CHSCT est basé sur la lecture des ces FEI et servent de point d’appui pour interpeller la direction. Nous vous encourageons donc à continuer, en essayant de les détailler encore plus et en vous rappelant que personne ne peut vous interdire d’en remplir une…

Cliquez ci-dessous pour télécharger le tract en pdf :


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 509473

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Fonction Publique Hospitalière  Suivre la vie du site Sud CHGR Rennes  Suivre la vie du site Tracts   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI