SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

Les mouvements hospitaliers déclenchent la répression policière

lundi 23 juin 2008 par Sud Santé Sociaux 35

A Nantes, où comme à Rennes on cherche à étrangler la masse salariale en supprimant 400 emplois, les dirigeants sont tout sauf à l’aise : le 18 juin, le DG par intérim a fait boucler par des CRS le bâtiment où devait se tenir le CTE entérinant ce plan social. Le député-maire de Nantes, pourtant homme de poids puisqu’il préside le groupe PS à l’Assemblée, est également vivement très critiqué pour son refus de s’exprimer sur la question de l’hôpital. Cela devrait nous rappeler quelqu’un, à Rennes.

Le 21 juin à Quimper, les manifestants qui défendent le service public hospitalier de proximité en Centre Bretagne, ont eu une nouvelle fois affaire aux CRS, qui ont eu recours aux gaz lacrymogènes, sans tenir compte de la présence de femmes et d’enfants dans la foule. Les revendications du collectif n’ont pourtant rien de révolutionnaire : moratoire de 18 mois sur la fermeture de services et nomination d’un médiateur.

Lorsqu’un État a recours à la répression policière contre l’expression populaire pacifique, c’est bien la preuve que c’est de là que peut venir le danger pour eux. La santé, qui nous concerne tous, peut être le détonateur pour fédérer tous ceux qui veulent s’opposer aux régressions sociales en cours.

Alors continuons à résister malgré l’intimidation violente.
Nous sommes sur la bonne voie !!!

Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 495709

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Fonction Publique Hospitalière  Suivre la vie du site Sud CHU Rennes  Suivre la vie du site Expressions Sud CHU   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI