SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

Restructuration à l’EFS : Malaise sur France Bleu Armorique

samedi 29 janvier 2011 par Sud CHU Rennes

Le mercredi 26 janvier, SUD Santé 35 dénonçait sur son site et par communiqué de presse la restructuration programmée à l’EFS.

Le lendemain, nous étions contactés par la rédaction de France Bleue Armorique, qui recevait le vendredi matin une responsable de l’EFS. L’alerte de SUD a donné lieu à une question de l’intervieweur qui, manifestement, a créé un certain malaise, pour quelqu’un qui, très sincèrement, est venu promouvoir le don bénévole alors que les stocks sont actuellement légèrement en dessous des besoins :

Le journaliste : « Le ministère veut supprimer des établissements pour le traitement du sang, pour plus de rentabilité. Est-ce que ça coûte cher de produire une poche de sang ? »

La responsable de l’EFS :« Euh, la production d’une poche de sang, la matière première c’est le sang que viennent offrir les donneurs, bien évidemment, ça ça n’a pas de prix. Derrière, pour la sécurité des malades, y a toute une série d’examens, y a la qualification du don et la préparation des produits sanguins. ça c’est vrai ça a un coût, on est aussi salariés à l’EFS, tout ça ça représente un coût. Le fait des suppressions c’est pas tout à fait ça, c’est des regroupements d’activité de façon à être encore plus performants ».

Rappelons que la poche de sang, en France, a un prix, dit « de cession ». C’est un tarif fixé annuellement par le Parlement, au même titre que les tarifs T2A. Il s’agit de l’unique ressource financière de l’EFS qui ne bénéficie d’aucun financement public. Il « vend » ses poches aux Établissements de santé. Le gouvernement veut diminuer le « prix de revient » de la poche pour faire diminuer la « facture du sang » pour des hôpitaux soumis à une intense asphyxie budgétaire.

Notez le vocabulaire d’entreprise appliqué à la mission de l’EFS (en gras) et le fait que l’intervenante ne corrige même pas sur la notion de « rentabilité »...

SUD appelle les bénévoles à continuer le don, indispensable. Mais nous devons tout mettre en œuvre pour résister à la soumission de la chaîne transfusionnelle à des contraintes financières incompatibles avec sa mission de service public.

Nous devons tous faire pression pour que le gouvernement revienne à plus de raison et au plus élémentaire principe de précaution.

Ecoutez le podcast, à 4 mn20 :

Podcast de l’interview


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 510138

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sud Santé Sociaux 35  Suivre la vie du site Dernières nouvelles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI