SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

Les Hôpitaux veulent se financer sur les marchés obligataires ! (Sud au Gallo 2)

vendredi 15 juin 2012 par Sud Santé Sociaux 35

« Face à la crise de financement qui affecte la sphère publique locale, c’est autour des CHU de se préparer à faire appel au marché obligataire. Un appel d’offres est en préparation par une vingtaine de CHU afin de désigner les banques et l’agence de notation chargées de réaliser une émission groupée de 200 millions d’euros. Les établissements ont de plus en plus de mal à emprunter auprès des banques, inquiètes devant l’ampleur des déficits de la sphère hospitalière et rebutées par les conséquences de la nouvelle réglementation qui exige d’elles un renforcement de leurs fonds propres. Le problème s’est également brutalement aggravé ces derniers mois avec le démantèlement de la banque franco-belge Dexia, qui était le premier acteur du marché, et qui en est aujourd’hui totalement absente. « Le secteur frôle l’asphyxie, De nombreux projets sont gelés et certains établissements ont même des problèmes de trésorerie pour assurer leurs dépenses courantes comme les salaires. » assure Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France » (Les échos)

On marche sur la tête ! Cet appel aux marchés financiers met les hôpitaux sous la coupe des agences de notation et des banques qui ne vont pas se gêner pour imposer de nouveaux plans d’économies sur le dos des personnels.

Les hôpitaux vont se retrouver en tenaille entre l’ARS et les marchés financiers et leurs agences de notation.

Rappelons que la situation actuelle a pour origine la crise financière privée qui par un tour de passepasse est devenu la dette publique qui sert de prétexte aux attaques sans précédent contre les systèmes sociaux. Les mesures d’austérité, mises en veilleuse pour cause de campagne électorale, risquent de revenir au galop au second semestre.

Les hôpitaux et le système de santé solidaires se sont retrouvés en première ligne. Les investissements étaient auparavant financés par la sécu ou l’état. Les difficultés financières actuelles sont en bonne partie dues à l’obligation pour les établissements d’emprunter sur les marchés financiers à des taux très élevés : soit les établissements empruntent à taux fixe à des taux élevés, soit à taux variables, plus faibles au départ mais soumis à de possibles variations à la hausse.

Pour mémoire, la Banque Centrale Européenne vient, depuis janvier, de prêter 1000 milliards d’euros aux banques à 1% qui pourront à nouveau les prêter aux organismes publics à 4, 5 ou 6 % ! Ces intérêts sont remboursés par l’argent de la Sécu !

Une seule solution pour sortir les hôpitaux et organismes publics des griffes des financiers : socialiser le financement des hôpitaux et pour la partie qui serait laissée à l’emprunt, qu’ils puissent emprunter à une banque publique à des taux très faibles. Pour cela il sera nécessaire de revoir les Traités de Maastricht et de Lisbonne qui l’interdisent.


titre documents joints

Retrouvez cet article dans le numéro de notre journal départemental, Sud au Gallo 2 !!!

18 juin 2012
info document : PDF
2 Mo

Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 495709

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sud Santé Sociaux 35  Suivre la vie du site Journal Départemental   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI