SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

BASS : POUR LES SALAIRES, LE 18 MARS, TOUS ENSEMBLE DANS LA RUE

samedi 15 mars 2014 par Sud Santé Sociaux 35

Les syndicats CGT, FO, Solidaires/SUD et FSU appellent le mardi 18 mars prochain
à une journée de grève et d’actions interprofessionnelles pour l’emploi, les salaires et
contre les politiques d’austérité.

Depuis près de 15 ans, les politiques de
« maitrise comptable », de réduction des dépenses
sanitaires et médico-sociales n’ont
fait que se durcir. Faire plus avec les mêmes
moyens, ouvrir l’ensemble du secteur à la
concurrence « libre et non faussée », en
vue d’intégrer un vaste marché européen
du sanitaire et du médico social,
telle est la perspective tracée dans
notre secteur par les différents gouvernements,
en France comme dans
l’ensemble de l’Union Européenne.

Ces choix politiques entraînent une restructuration
généralisée du secteur, des
fermetures d’établissements et de services,
des licenciements, le blocage des rémunérations...
Toutes les conventions collectives
et les accords collectifs sont attaqués...

 L'urgence aujourd'hui c'est la revalorisation générale des salaires !

A la dernière « conférence salariale » de la
Direction Générale de la Cohésion Sociale
du 29 janvier 2014, le montant des enveloppes
allouées par convention collective
de la branche ne permet pas, une fois de
plus la moindre augmention des salaires.

Cette situation de blocage perdure depuis
plusieurs années dans la BASS.

Les plus bas salaires sont rattrapés voire
dépassés par les augmentations du SMIC,
la pauvreté et la précarité s’installent partout...
Cette situation est intolérable, il est
urgent d’agir tous ensemble pour les salaires,
l’emploi, les conditions de travail et
la défense des missions de service public.
Dans les établissements et les services,
une riposte de toutes et tous s’impose !

 Le mardi 18 mars, Le sanitaire et le social sont dans la rue !

Dans notre secteur, les organisations syndicales
SUD, CGT et FO se sont engagées
dans cette journée d’action interprofessionnelle
unitaire et appellent à la grève
et aux manifestations avec des revendications
claires :

  • l’augmentation générale et rattrapage
    des salaires pour mettre fi n à la situation
    de gel des salaires, dans le Privé comme
    dans le Public,
  • l’embauche sur des emplois statutaires
    dans la Fonction publique et des CDI
    dans le privé,
  • l’opposition totale à l’austérité,
  • la défense et l’amélioration de notre
    système de protection sociale,
  • le maintien et l’amélioration des garanties
    conventionnelles et statutaires,
  • l’arrêt des restructurations, des fermetures
    de lits et de places, des suppressions
    de postes,
  • l’abrogation de la loi HPST
Le 18 mars,
Ce n’est qu’un début !


On ne peut pas continuer à lutter,
convention par convention, secteur
par secteur, établissement par établissement.
Construisons un mouvement d’ensemble
pour imposer les revendications
et inscrire dans la durée un mouvement
d’ampleur pour les salaires.

300 Euros tout de suite !
1700 Euros minimum