SYNDICAT SUD SANTE SOCIAUX 35

CHU : LA CRISE SANITAIRE N’ANNULE PAS NOS DROITS !

mercredi 25 mars 2020 par Sud Santé Sociaux 35

Depuis l’aggravation de la crise sanitaire liée à l’épidémie de COVID 19, et en particulier depuis la fermeture des écoles, collèges, lycées, facultés et l’annonce du confinement partiel, SUD Santé Sociaux continue à jouer son rôle dans la protection des agents du CHU.

Professionnels de santé avant tout, nous avons fait le choix de ne pas avoir de permanents syndicaux, nous sommes vos collègues, ensemble dans les services. Mais nous tenons à utiliser les décharges de temps syndicales qui sont maintenues à l’heure actuelle pour continuer à défendre vos droits, et faire remonter à la Direction toutes les difficultés et les inquiétudes que nous avons pu repérer, ou que les collègues nous ont signalées…

 ÊTRE PROTÉGÉS EFFICACEMENT

Dès le mardi 10 Mars, nous avions déclenché un Danger Grave et Imminent, centré sur la question du port du masque et des Équipements de Protection Individuels. A la suite de cette procédure, l’Inspection du Travail s’est déclarée très attentive à l’évolution de la situation, et des CHS-CT de suivi ont été mis en place, le dernier s’est tenu jeudi 19 mars, et le prochain aura lieu le 26 mars.

Sur la question de la protection des agents et du port de masque, la consigne évoluerait vers un port systématique du masque chirurgical dès lors que l’épidémie s’installera de manière aigüe en Ille-et-Vilaine. La gestion nationale catastrophique des stocks de masques contraint tous les établissements de santé et médico-sociaux à une gestion de la pénurie, créant un risque inacceptable, inutile et une réelle angoisse pour le personnel. Le gouvernement qui vient d’annoncer la production de 250 millions de masques ne nous dit rien pour le moment sur le calendrier de livraisons.

Au CHS-CT, nous avons tout d’abord présenté la situation des collègues en première ligne de contact avec les patients : agents des bureaux des entrées et d’accueil en général, des consultations… afin qu’ils soient correctement équipés, avec des consignes claires. Nous avons également alerté sur l’intensification des rythmes et les conditions de travail pénibles pour les équipes soignantes les plus sollicitées, et sur les organisations mises en place dans les réa et les salles de réveil réorganisées en salles de réanimations, avec notamment la garantie du respect des repos de sécurité. Enfin, Nous avons particulièrement insisté sur l’augmentation des risques pour les soignants qui seraient mis en amplitude de travail en 12 h entraînant pénibilité, fatigabilité, baisse de vigilance, et au final une exposition au danger plus longue dans des conditions de travail à charge mentale et physique particulièrement élevées.

lundi 23 mars, le ministre de la Santé s’est prononcé pour que les soignants atteints du coronavirus soient “systématiquement et automatiquement” reconnus en maladie professionnelle… ce qui aura pour effet de ne pas appliquer le jour de carence. Cela paraît être une avancée… mais cela sonne aussi comme un aveu d’impuissance, alors que l’on attend des annonces fortes et concrètes sur notre protection et notre sécurité au travail.

 LES AUTORISATIONS SPECIALES D'ABSENCE

Nous avons également fait remonter les agissements de certains cadres qui étaient ont tenté de forcer les collègues à poser des CA ou RTT durant la période de « service minimum » liée au plan blanc et au respect du confinement, alors que la DRH avait clarifié les choses assez tôt par une note de service. Pour mémoire, il y a donc trois situations d’Absences Autorisées Payées.

• Soit vous n’avez pas de solution de garde d’enfants
• Soit vos antécédents médicaux font de vous une personne à risque durant l’épidémie
• Soit votre présence n’est pas indispensable pour le moment et que vous êtes maintenus à domicile dans le cadre du respect du confinement

Dans les trois situations, 7h de travail sont créditées dans votre BH, il n’y aurait pas d’impact sur la prime de service, ni d’application du jour de carence. Ces ASA sont marquées AAI/AAP dans AGIRH. Elles ne génèrent pas de RTT.

La DRH s’est également positionnée pour le maintien des congés annuels déjà programmés.

En raison de la situation exceptionnelle, les positionnements liés à l’ouverture d’un CET ou à l’utilisation des jours stockés dessus, initialement limités au 31 mars, sont repoussés sans date fixée pour le moment.

 INSTANCES AJOURNÉES

A l’exception des CHS-CT extraordinaires liés au suivi de la crise, toutes les instances sont ajournées.

Les Commissions Administratives Paritaires qui devaient traiter des changements de grade et d’échelons et des contestations de note sont également reportées à plus tard. Il n’y aura pas d’impact sur les carrières, les décisions seront alors prises de manière rétroactives et des rappels de paie seront organisés.

Afin de limiter au maximum les déplacements non nécessaires au sein des services, nous ne diffuserons plus physiquement de tracts pendant la période de crise.
Vous pouvez nous aider à faire circuler ces infos largement, en les partageant par mail ou tout autre moyen numérique avec vos collègues.

Nous les publierons sur notre site http://sudsantesociaux35.org et sur notre Facebook, SUD CHU Rennes.

Par ailleurs nous maintenons une permanence au local SUD de Pontchaillou
(83734 ou 06 95 01 28 27).

Nous vous communiquerons régulièrement les nouvelles informations liées à la défense de nos droits, notamment suite à la loi sur l’Etat d’Urgence Sanitaire lorsque nous en connaîtrons les détails.


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 690397

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Fonction Publique Hospitalière  Suivre la vie du site Sud CHU Rennes  Suivre la vie du site Tracts   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP + Sud Santé Sociaux 35 est hébergé par DRIDRI